Une cérémonie du 11-novembre sobre et silencieuse

Confinement oblige, la cérémonie du 11-novembre s’est déroulée en comité restreint mercredi matin. Un hommage sobre, silencieux. Sans public. Ou presque.

Confinement oblige, la cérémonie du 11-novembre s’est déroulée en comité restreint mercredi matin. Un hommage sobre, silencieux. Sans public. Ou presque.

Le maire Ronan Kerdraon était bien sûr présent, entouré de Christine Daniel, adjointe à la culture, d’Alcide Delahaie, le président de l’UNC, et de Joseph Got, le président de la Fnaca.

Une douzaine de Plérinais, parmi lesquels des élus ainsi que des anciens combattants, avaient décidé de les rejoindre au monument aux morts, en veillant à se tenir à l’écart.

Le traditionnel dépôt de gerbe a été suivi d’une minute de silence à la mémoire de tous les combattants morts pour la France durant la Grande Guerre entre 1914 et 1918.

« 8 millions de soldats combattirent sous les couleurs de notre drapeau, aucun d’entre eux ne revint totalement indemne. Des centaines de milliers furent blessés dans leur âme. 1 400 000 tombèrent au champ d’honneur. Nous ne les oublions pas. Inlassablement nous les honorons » a indiqué le maire en donnant lecture du message de la ministre déléguée aux anciens combattants, Geneviève Darrieussecq.

« Cette mémoire vit dans chacune de nos communes, dans chaque ville et village de France, dans chacun de nos monuments aux morts, dans chacun de nos cimetières, dans nos mémoires familiales. Elle vit dans l’œuvre de Maurice Genevoix qui entre aujourd’hui au Panthéon. »

« Maurice Genevoix n’entre pas seul dans le temple de la Nation. Il y entre en soldat des Eparges, en écrivain et en porte-étendard de « Ceux de 14 ». Il y entre avec ses millions de frères d’armes, ceux dont il a immortalisé le souvenir, l’héroïsme et les souffrances. »