La secrétaire générale de la préfecture en visite à Plérin

Ce mercredi 6 février, Mme Béatrice Obara, secrétaire générale de la préfecture et sous-préfète de l’arrondissement de Saint-Brieuc, était en visite à Plérin. Son déplacement a débuté à l’hôtel de ville où elle a été accueillie par le maire Ronan Kerdraon, le premier adjoint Jean-Marie Benier, l’adjointe aux solidarités Brigitte Demeurant-Costard et l’adjoint aux travaux de voirie Didier Flageul.


L’occasion d’échanger sur des projets communaux jugés prioritaires par la municipalité : la construction d’un cabinet médical aux Corsaires à Saint-Laurent, la construction de nouvelles tribunes et vestiaires au stade Marcel-Gouédard, l’aménagement et la sécurisation de la rue de Beauregard ou encore le futur Ehpad.

Des projets pour lesquels la mairie espère le soutien financier de l’Etat.


Un cabinet médical à Saint-Laurent

L’entretien avec la secrétaire générale de la préfecture a notamment porté sur le déficit de médecins généralistes.

1.000 Plérinais se retrouvent aujourd’hui privés de médecin référent.
Soucieuse de « répondre à leur inquiétude », la municipalité a décidé d’agir.
Pour faciliter l’installation de nouveaux praticiens, la Ville prévoit d’investir 450.000 € dans la réalisation d’un cabinet médical à Saint-Laurent qui sera opérationnel au premier trimestre 2020.

« Un effort financier considérable » souligne le maire Ronan Kerdraon. « Il est à la mesure de l’enjeu : garantir l’accès de tous aux soins. »


Les tribunes et vestiaires du stade Marcel-Gouédard

Fréquenté par les 410 licenciés du Plérin FC et les 304 élèves du collège privé Saint-Pierre, le stade municipal Marcel-Gouédard est très sollicité. Tout comme ses installations.

Certaines accusent le poids des ans. C’est le cas du bâtiment accueillant les tribunes et les vestiaires. Construit dans les années 70 cet équipement ne répond plus aux besoins en termes de confort et d’accessibilité. En octobre 2017, la toiture a dû être démontée par mesure de sécurité.

Compte tenu de l’importance des travaux à engager pour une rénovation, la commune a décidé la démolition de l’existant puis la construction de nouvelles tribunes et vestiaires au même emplacement. Le nouvel équipement comportera également des locaux techniques et de stockage, un tunnel d’accès au terrain ainsi que des sanitaires publics.

Le coût prévisionnel des travaux est estimé à 600.000 € HT. La commune a sollicité une subvention représentant 30 % du budget soit 180.000 €.


L’aménagement et la sécurisation de la rue de Beauregard

L’échange avec la représentante de l’Etat a également porté sur les transports et les déplacements urbains.

Les élus en ont profité pour présenter le plan d’aménagement et de sécurisation de la rue de Beauregard, entre le rond-point de Souzain et la limite de l’agglomération.

Ce programme représente un budget de 540.000 € HT pour lequel la Ville espère 35 % d’aides de l’Etat (189.000 €).


Le futur Ehpad

Le futur Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgés dépendantes) prend forme. Le nouvel établissement médicalisé sera construit sur un terrain de 6.000 M2 appartenant à la commune et situé à la Porte Bréhand, entre la rue de la Noé Hue et la rue de la Croix, au centre-ville.
L’ensemble comprendra 3.670 m2 de surfaces utiles réparties sur plusieurs niveaux.

Il comptera 87 places d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Soit autant qu’actuellement.

Aux trois unités de quinze logements médicalisées adaptées à la dépendance physique s’ajouteront deux unités sécurisées de quatorze places pour personnes désorientées.

L’enjeu est de mieux répondre aux besoins d’une population d’aînés de plus en plus dépendants dont certains souffrent de troubles dégénératifs en proposant des conditions de prise en charge adaptées. A la fois pour les résidents et les personnels.

Ce qui n’est pas le cas de la résidence actuelle des Ajoncs d’or. Sa construction date de 1976. Sa configuration est celle d’un foyer-logement. Pas d’un établissement médicalisé.

C’est la raison pour laquelle l’hypothèse d’une réhabilitation, aussi complexe que coûteuse, a été écartée, au profit d’une reconstruction-démolition.

La conception du futur Ehpad a fait l’objet d’une étude approfondie.

Le projet définitif, sur lequel planchent actuellement trois cabinets d’architectes, sera choisi en septembre 2019 en vue d’un lancement des travaux en 2020. Côtes d’Armor Habitat en sera le maitre d’ouvrage.

Le nouvel Ehpad entrera en service en 2023. L’établissement actuel sera alors démoli.

Ce projet de reconstruction-démolition a été évalué à environ 11 millions d’euros.


Une chaufferie au bois à l’école Jean-Ferrat

La visite de la secrétaire générale de la préfecture s’est achevée à l’école Jean-Ferrat où les deux chaudières au fioul viennent d’être avantageusement remplacées par une chaufferie fonctionnant aux granulés de bois.

Un choix municipal dicté par le souci de développer l’usage des énergies renouvelables à l’échelon local et de contribuer à la transition énergétique.

Près de 76.000 € ont été consacrés à ces travaux qui bénéficieront de 75% de subventions de l’Etat.