La surveillance des plages confiée à Kreiz Breizh Sauvetage

Le SDIS ayant décidé de renoncer à ses prestations de surveillance des plages, la mairie a fait appel à l’association Kreiz Breizh Sauvetage Secourisme pour assurer ce service sur le littoral plérinais, du 2 juillet au 30 août prochains. Explications.

Tracy Joubin, adjointe à la sécurité, entourée de William Cake et Brett Philouze (Kreiz Breizh Sauvetage Secourisme), F-R du Chazaud (Affaires maritimes) et Eric Le Masson, responsable de la police municipale.

 

 

« La surveillance des zones de baignade sera assurée dans les mêmes conditions qu’auparavant » insiste Tracy Joubin, adjointe au maire en charge de la sécurité.

Du 2 juillet au 30 août aux Rosaires et à Martin

Les postes de secours de l’esplanade des Rosaires et de Martin-plage fonctionneront comme chaque année, 7 jours sur 7, de 11 h à 19 h, du 2 juillet au 30 août. Chaque poste disposera des mêmes équipements et du même matériel fournis par la Ville, un bateau pneumatique à Martin, un paddle aux Rosaires, mais aussi des bouées, des défibrillateurs, des trousses de premier secours etc…

14 nageurs-sauveteurs brevetés seront mobilisés sous la responsabilité d’un chef de secteur. Tout au long de la saison, ils se relaieront pour assurer une présence permanente de 5 sauveteurs aux Rosaires et de 4 sauveteurs à Martin.

 

Un surcoût pour la commune

Le SDIS (service départemental d’incendie et de secours) ayant décidé de mettre à fin à ses prestations de surveillance des plages, la mairie a décidé de confier ce service, à l’issue d’un appel d’offres, à Kreiz Breizh Sauvetage Secourisme, une association costarmoricaine spécialisée dans la formation de maîtres-nageurs et sauveteurs depuis plus de dix ans. Des communes voisines, telles que Binic-Etables et Saint-Quay-Portrieux, ont également choisi de lui faire appel cet été.

Dans la mesure où l’association est assujettie aux charges sur les salaires, ce qui n’était pas le cas pour le SDIS, la facture pour la Ville s’élèvera à 84.000 €. « Cela représente un surcoût de 35.600 €. Mais nous tenons à ce que la qualité du service de surveillance des plages soit préservé » note Tracy Joubin, en indiquant que la commune compte sur une aide de l’agglomération.