Economies d’énergie : l’éclairage public en veilleuse

Confrontée à une hausse prévisible de sa facture d’électricité, liée à la crise énergétique, la Ville explore toutes les pistes pour faire des économies. C’est la raison pour laquelle, dans certains secteurs de la commune, l’éclairage public va être coupé cet hiver. Explications.

« En cette période de crise énergétique quasiment sans précédent, notre collectivité se doit de montrer l’exemple. La priorité est de réduire autant que possible nos consommations. Toutes les économies comptent » relève Pascal Laporte, adjoint à l’environnement.

En rappelant que la Ville va consacrer cette année, un budget de 555.000 € à ses achats d’énergie (gaz, électricité, carburant). Une facture qui selon les estimations pourrait augmenter de 100.000 € en 2023.

Pour contenir cette inflation, la municipalité a décidé de mettre l’éclairage public en veilleuse durant l’hiver. Dès le 2 novembre, la majorité des quelques 3000 candélabres de la commune, seront éteints en permanence.

Pour des raisons de sécurité, certains secteurs resteront néanmoins éclairés. Cela concerne le centre-ville, le bourg de Saint-Laurent, le Légué (place de la Résistance et rue de la Poste), Sous la Tour et les Rosaires. De même que les abords des écoles, des collèges et des équipements sportifs. Sans oublier, les voies principales de circulation.

 

Les illuminations de Noël 

Les illuminations de Noël sont également concernées. « Cette année, nous allons restreindre leur périmètre d’installation » indique l’adjoint à l’environnement en précisant qu’« une réflexion est engagée pour l’achat de nouveaux motifs solaires. »

« Ces décisions ne sont pas prises de gaîté de cœur. Mais nous devons faire face à une situation inédite » souligne Pascal Laporte. « Au-delà des actions d’urgence, il nous faut poursuivre l’effort de sobriété énergétique entrepris depuis plusieurs années par la commune. »

« Le remplacement progressif des lampes à incandescence par des led associé à des extinctions ciblées nous a permis jusqu’à présent de contenir la facture malgré l’extension de notre réseau d’éclairage public liée au développement urbain de la commune. Aujourd’hui, nous devons faire plus. Nous n’avons pas le choix. ».