agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Trois résistants déportés plérinais à l’honneur

Yves Léon, François Jégou, Louis Le Faucheur. Trois résistants rescapés des camps de la mort. Trois Plérinais qui ont choisi de dire non. Non au totalitarisme. Non au nazisme et à sa barbarie. Non à l’insoutenable. Trois rues et places du centre-ville portent désormais le nom de ces personnalités exemplaires qui nous ont légué « l’espoir et la liberté » a rappelé le maire Ronan Kerdraon, lors d’une cérémonie d’hommage républicain chargée d’émotion, qui a réuni 250 de personnes ce lundi 27 mai.

A l’occasion de la journée nationale du souvenir de la Résistance, un hommage solennel a été rendu à trois Plérinais, Yves Léon, François Jégou et Louis Le Faucheur.

Trois rues et places proches du monument aux morts portent désormais leur nom.

Ce lundi 27 mai, le parking de la Roselière a été officiellement rebaptisé place Yves Léon, la rue de l’Avenir rue Louis Le Faucheur, la rue des Sports rue François Jégou lors d’une cérémonie qui a réuni une assistance très nombreuse : des proches des trois disparus, des amis, des anciens combattants, des élus et personnalités politiques, mais également de nombreux élèves du collège Lequier.

L’occasion pour le maire Ronan Kerdraon de rappeler la mémoire de ces trois personnalités dont le « destin rappelle les plus sombres mais aussi les plus héroïques pages de notre histoire. » Le souvenir de la Résistance.

« Sans eux, ces femmes et ces hommes rassemblés par l’amour de la France, par l’amour du prochain et par l’amour de la liberté, que serait-il advenu de notre République ? »

En choisissant de dire « Non. Non au totalitarisme, non au nazisme et à sa barbarie, non à l’insoutenable », « ils sont résisté pour l’Humanité. »
« Ils nous ont légué l’espoir, la liberté et la paix. Ils nous ont laissé aussi des devoirs. »

« Suivons leur exemple » a insisté le maire en reprenant une citation de Lucie Aubrac : « le verbe résister doit toujours se conjuguer au présent. »
Un message qui Ronan Kerdraon souhaite transmettre aux jeunes générations.