agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Près de 550 invités au repas des aînés

Organisé pour la deuxième année consécutive à l’Espace Roger-Ollivier, le repas des aînés de la commune a réuni près de 550 invités dimanche 25 novembre. L’occasion pour le maire d’évoquer les projets de création de cabinets médicaux et de construction d’un nouvel Ehpad au centre-ville.

JPEG - 181.9 ko
Près de 550 invités étaient réunis à l’Espace Roger-Ollivier pour le repas offert par le CCAS de la Ville aux aînés plérinais.

« Ce rendez-vous annuel vient nous rappeler l’importance et le réconfort d’être bien entourés » a souligné le maire Ronan Kerdraon, lors de son mot de bienvenue au cours duquel il en a profité pour saluer les doyens de l’assemblée, M. Christian Goindin (97 ans) et Mme Isabelle Magi, 94 ans.

Le maire a également tenu à évoquer un sujet de préoccupation pour l’ensemble des Plérinais : le déficit de médecins généralistes.

JPEG - 115 ko
Dans son allocution de bienvenue, le maire Ronan Kerdraon a notamment évoqué les initiatives de la Ville pour faciliter l’installation de médecins généralistes dans la commune.

Déficit de médecins : « l’urgence d’agir »

« A la suite du décès brutal d’un praticien, 1.000 Plérinais se retrouvent sans médecin référent. A terme la situation pourrait empirer. La commune qui compte à ce jour 8 médecins en exercice, pourrait se retrouver d’ici 10 ans, avec seulement trois généralistes. »

C’est pourquoi, « j’ai décidé d’agir vite ».

Afin de faciliter l’installation de nouveaux praticiens, « nous proposons de mettre à leur disposition, moyennant location, une des maisons de fonction de l’ex-gendarmerie rue des Chênes, à proximité du commissariat de police. » Moyennant des travaux d’aménagement, cette maison qui appartient à la ville, « pourra accueillir dès le début de l’année prochaine deux cabinets médicaux. »

Parallèlement, « nous allons créer un cabinet médical à Saint-Laurent » annonce également le maire. « Pour ce faire, là encore nous allons mettre à disposition un bien communal : l’ancienne maison du gardien du camping aux Corsaires. »

Des travaux de réhabilitation et d’extension vont permettre d’installer quatre praticiens à qui « nous proposerons un bail commercial avec un loyer modéré. L’établissement pourrait être opérationnel dès 2020 » détaille le maire.

Ce projet, qui doit être débattu en conseil municipal ce lundi 26 novembre, représente pour la ville un budget de 450.000 €.

« Face à l’urgence, nous avons le devoir d’agir. C’est une question de santé publique » insiste le maire.

Pour autant, il ne s’agit pour la commune de « se substituer à l’Etat ou aux professionnels libéraux » souligne le maire qui considère que la réponse au risque de pénurie médicale doit être « collective et examinée à moyen et long terme. »

Vers un nouvel Ehpad au centre-ville

Le maire a par ailleurs parlé d’un autre projet d’importance. Celui de la construction d’un nouvel Ehpad appelé à remplacer la résidence des Ajoncs d’Or. Un établissement datant des années 70 qui s’avère inadapté à la prise en charge de la dépendance.

L’idée est de construire un établissement neuf à proximité de l’existant ; puis, dans un second temps, de démolir intégralement les bâtiments actuels.

La Ville possède le foncier ; une parcelle de 11.200 m2 située juste à côté de l’Ehpad actuel. « Nous allons la rendre disponible pour la future construction. Ainsi, les Ajoncs d’or vont pouvoir rester au centre-ville. »

Le projet architectural sera en juin 2019 en vue d’un lancement des travaux en 2020. Le nouvel Etablissement d’hébergement pour personnes âgées entrera en service en 2023.

« Il s’agit d’un acte municipal fort, un engagement pour l’avenir. »