agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Pénurie de médecins : ce que fait le maire

Face au risque de pénurie de médecins dans la commune, le maire Ronan Kerdraon va prochainement faire des propositions pour attirer de jeunes médecins et faciliter leur installation. Ces projets seront évoqués avec les professionnels de santé plérinais lors d’une réunion organisée le 26 septembre à la mairie.

« Pénurie médicale à Plérin : "Que fait le maire ?" ; "le maire doit se bouger"...Tels sont les propos que je peux lire régulièrement sur les réseaux sociaux » indique le maire Ronan Kerdraon « Avant que les propos ne dégénèrent, il me semble indispensable d’apporter les quelques éléments de compréhension suivants.

« Je n’ai pas attendu le décès brutal d’un praticien de Plérin pour m’inquiéter de ce problème crucial de santé publique.
En effet, dès le mois de juin avec des professionnels de santé du quartier de Saint-Laurent, j’ai eu l’occasion d’échanger sur cette problématique.
Malheureusement le décès auquel je faisais référence précédemment à aggravé la situation : de nombreux patients sont sans médecin référent. »

« J’ai conscience de la situation et - bien que cela ne relève pas au sens strict de ma compétence de maire - j’ai demandé à mes services de rechercher diverses solutions en terme de foncier ou de bâti.
Lundi dernier, j’ai rencontré les représentants de l’Agence régionale de santé en compagnie d’un couple de pharmaciens afin d’étudier les pistes envisageables. »

« Aujourd’hui, la question qui se pose à moi est de répondre à une situation urgente provoquée par le décès accidentel de ce médecin mais également de mettre sur la table des propositions acceptables par les uns et les autres. C’est pourquoi, le 26 septembre prochain, je réunis l’ensemble des médecins et pharmaciens plérinais pour voir ensemble les options qui se présentent à nous. »

« Mais déjà, je peux dire que je ferai des propositions pour attirer de jeunes médecins ou favoriser l’implantation de médecins remplaçants en mettant à disposition un ou deux locaux communaux avec un loyer tout à fait acceptable .
Cette solution immédiate pourra si elle reçoit l’adhésion de praticiens être mise en œuvre quasi immédiatement. »

« Par ailleurs, j’étudie également le principe des "maisons de santé" et celui des "maisons médicales". Ces deux dernières options sont à moyen terme puisque plus longues et complexes à décliner. »

« Bien évidemment, j’observe ce qui ce fait ailleurs.
J’ai conscience du désarroi de nombreux patients mais j’ai aussi conscience de la complexité de la question laquelle ne peut se résoudre par de simples incantations ou injonctions. »

« Oui la municipalité que j’anime à fait de la présence médicale à Plérin un sujet prioritaire mais nous n’obtiendrons des résultats qu’avec le soutien de tous quels que soient nos partis pris respectifs.
Bien sûr, je suis disponible pour échanger avec celles et ceux qui veulent s’investir. »