agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Une cérémonie d’hommage aux disparus du Pesk-Coat

Il y a tout juste 30 ans, le Pesk-Coat, un chalutier du Légué, sombrait au nord des Roches Douvres. Les quatre jeunes marins qui étaient à bord n’ont jamais été retrouvés. Samedi 10 octobre, une cérémonie officielle était organisée en leur mémoire à la pointe du Roselier.

L’émotion était palpable samedi matin dans la nombreuse assemblée réunie à la pointe du Roselier pour rendre hommage aux quatre marins pêcheurs du Pesk-Coat, disparus en mer voici 30 ans.

Le 15 octobre 1990, leur chalutier avait sombré corps et biens au nord des Roches-Douvres.

Le patron du bateau, Christian Le Gall, 27 ans, son frère Loïc, 21 ans, Jean-Luc Mellet, 20 ans et Laurent de Kerpezdron, 25 ans, n’ont jamais été retrouvés.

Trente ans plus tard, les circonstances du drame restent inexpliquées, ainsi que l’a rappelé Raphaël Le Hégarat, le président de l’association des marins-pêcheurs du Légué.

« Reste le chagrin des familles endeuillées qui n’ont jamais eu l’occasion d’adresser un ultime adieu à leurs chers défunts » a souligné pour sa part Christine Daniel, adjointe au maire déléguée à la vie associative, à la culture et aux jumelages, en évoquant le lourd tribut payé par les marins qui naviguèrent jadis sur le Pesk-Coat, le Petit Grippet, le Forban, le Sans Pitié II, l’Enos, le Bételgeuse, l’Ophélie… et qui ont perdu la vie dans des circonstances dramatiques.

« Ils nous ont quittés. Leur souvenir reste bien vivant. Ici, sur cette pointe du Roselier. Un lieu privilégié de recueillement pour notre communauté plérinaise » a encore dit Christine Daniel. « Une source de réconfort pour celles et ceux présents aujourd’hui parmi nous et qui ne verront jamais la cicatrice du deuil se refermer. »

Freddie Breizirland, et deux professeurs de l’école municipale de musique, Sophie Veillard et Gérard Le Louet, ont ensuite interprété deux chansons évoquant l’âme des marins naufragés.

Après un dépôt de gerbe au pied du monument rappelant le souvenir des disparus et péris en mer, les familles des naufragés du Pesk-Coat ont fleuri la stèle qui porte leurs noms.

Un cortège s’est ensuite formé pour rejoindre le promontoire de la pointe du Roselier. Une gerbe de fleurs a été jetée à la mer depuis un des dix bateaux réunis au large pour une parade accompagné par des feux de détresse.