agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Inondations : un exercice d’alerte sur le Gouët

Les riverains du Gouët, en aval du barrage de Saint-Barthélémy, sont exposés au risque d’inondation.
Pour garantir la sécurité de tous, et limiter les dégâts matériels, en cas de forte crue, le protocole d’alerte des habitants a été revu.
Le nouveau dispositif d’alerte a été testé lors d’un exercice de simulation organisé ce vendredi 14 décembre 2018.

JPEG - 106.5 ko
À la mairie, la cellule de crise était réunie autour du maire Ronan Kerdraon.

Cet exercice de simulation d’inondation a été coordonné par le service commun Prévention des Risques Majeurs de Saint-Brieuc Armor Agglomération en lien avec les maires des cinq communes concernées (Plérin, Saint-Brieuc, La Méaugon, Trémuson et Ploufragan) et le SDAEP (Syndicat départemental d’alimentation en eau potable) propriétaire du barrage du Gouet, et la SAUR, la société qui en assure l’exploitation.

Tester le dispositif d’alerte des riverains

Cet exercice avait deux objectifs.
Il s’agissait d’observer le temps de réaction du Gouët suite à un lâcher d’eau au barrage de Saint-Barthélémy. En début d’après-midi, la SAUR, gestionnaire du barrage de Saint-Barthélémy, 30 minutes après avoir prévenu les communes riveraines du Gouet, procède à un délestage permettant de libérer un débit d’eau de 7m³/s. Ce lâcher d’eau ne présentait aucun risque d’inondation (*)
Il visait avant tout à étudier la vitesse de propagation de l’eau grâce à des observateurs et des capteurs répartis le long du Gouët jusqu’au Pont de Pierre.

L’exercice avait surtout pour but de tester l’efficacité du dispositif d’alerte des riverains.

Déroulement de l’exercice

A 13 h 30, la SAUR, exploitant du barrage, a diffusé un message d’alerte aux maires des 5 communes riveraines du Gouët ainsi qu’aux riverains les plus exposés (Blanc Aéro Technologie, Moulin Maréchal, Moulin du Grognet, Emmaüs, MFR du Moulin de Colvé).
Le message précisait qu’un lâcher d’eau de 7m3/seconde allait être effectué dans la demi-heure qui suivait.

13 h 35 Dès réception du message d’alerte, le maire de Plérin, Ronan Kerdraon, comme ses homologues des communes voisines, a activé la cellule de crise communale.
Un poste de commandement réunissant des élus, les représentants de la Direction générale des services, et des agents des services communaux, est mis en place.

13 h 45. Des agents communaux (7 au total dont 4 à Plérin) se sont postés le long du Gouët. Ils étaient positionnés au Moulin Maréchal, au Jouguet (Blanc Aéro), au Moulin du Grognet et à Emmaüs.
Leur mission était d’observer la vitesse de montée de l’eau dans la rivière jusqu’à la levée de l’alerte.

14 h. Au barrage de Saint-Barthélémy, la SAUR a procèdé au lâcher d’eau. Le débit était de 7 m3 par seconde. De quoi entraîner une petite ondulation sur le Gouët. Sans provoquer de dégâts.
Dans le même temps, la cellule de crise communale, mobilisée en mairie, alertait les riverains exposés au risque d’inondation, par téléphone et par SMS.
Le message d’alerte a été également diffusé à la population par des véhicules porte-voix et grâce au porte-à-porte.
L’information a aussi été relayée sur les panneaux lumineux d’information municipale ainsi que le site internet de la Ville.
Le standard téléphonique de la mairie a été mobilisé pour recevoir les appels des riverains.

14 h-16 h 30 Au poste de commandement de la cellule de crise, le maire a suivi l’évolution de la situation en lien permanent avec les agents postés sur le terrain. En cas de nécessité, il était ainsi en mesure d’adapter les moyens techniques et logistiques à déployer.

16 h 30. Fin du lâcher d’eau au barrage de Saint-Barthélémy. La SAUR a envoyé un message de fin d’alerte aux communes ainsi qu’aux usagers particuliers (Blanc Aéro Technologie, Moulin Maréchal, Moulin du Grognet, Emmaüs).
La cellule de crise communale a relayé le message de fin d’alerte à la population par SMS et appels téléphoniques.
L’information a également été diffusée sur les panneaux lumineux d’information municipale ainsi que le site internet de la Ville.

17 h 30. Fin de l’exercice. Une réunion bilan s’est tenue au Carré Rosengart, sous l’égide du Service commun Prévention des Risques Majeurs avec l’ensemble des maires et des partenaires (SDAEP, SAUR).

Un appel aux riverains

« L’exercice a confirmé la nécessité pour les riverains du Gouët de s’inscrire à l’annuaire du Plan communal de sauvegarde mis à jour en mairie, de façon à ce qu’ils soient avertis le plus rapidement possible en cas d’alerte » insiste le maire Ronan Kerdraon.
Plérin recense 250 riverains du Gouët exposés au risque d’inondation, entre les Mines et le pont de pierre au Légué. A ce jour, 60 d’entre eux ont communiqué leurs coordonnées téléphoniques à la mairie de Plérin.

Des moyens humains et matériels importants

« L’opération a confirmé également l’importance des moyens humains nécessaires pour alerter et éventuellement secourir les habitants »
relève encore le maire.
A Plérin, l’exercice a mobilisé 40 agents municipaux, au sein de la cellule de crise mais également sur le terrain.
« En situation réelle, il en faudrait bien d’avantage. »
Cela exigerait également de mettre en œuvre des moyens matériels adaptés pour établir un périmètre de sécurité et des déviations, prévoir si nécessaire des mesures de protection (batardeaux, sacs de sable, barrage mobile, pompes…) et en cas de crise majeure, prévoir des lieux d’hébergement provisoires et du ravitaillement.

Une prochaine réunion avec les riverains

« Il sera nécessaire d’envisager une prochaine réunion de bilan avec tous les riverains du Gouët » annonce enfin le maire. « L’occasion de connaître leur point de vue sur l’efficacité du nouveau dispositif d’alerte et envisager ensemble les points à améliorer. »