agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Inondations du Gouët : alerter les élus et les riverains plus tôt

Les riverains du Gouët, en aval du barrage de Saint-Barthélémy, sont exposés au risque d’inondation. Pour garantir la sécurité de tous, et limiter les dégâts matériels, en cas de forte crue, le protocole d’alerte des habitants a été revu. Les Plérinais riverains du Gouët sont appelés à s’inscrire à l’annuaire opérationnel. Le nouveau dispositif sera testé lors d’un exercice grandeur nature cet automne.

JPEG - 137.2 ko
Image de la réunion en mairie
Plus de 60 riverains du Gouët ont assisté à la réunion organisée le 19 septembre à la mairie pour débattre du dispositif d’alerte lors des crues de la rivière.

Comment faire face au risque d’inondations du Gouët.

La question a été longuement débattue lors d’une réunion publique organisée le 19 septembre à la mairie, à l’attention des riverains du cours d’eau.

L’occasion de présenter le fonctionnement du barrage de Saint-Barthélémy ainsi que le protocole d’alerte lors des fortes crues consécutives à des lâchers d’eau.

« La priorité doit être de garantir la sécurité des personnes et des biens et de limiter au maximum les conséquences des délestages en aval du barrage » rappelle le maire Ronan Kerdraon à l’initiative de cette réunion destinée à « améliorer le système d’alerte des populations. »


Tirer les leçons de juin 2018

Celui-ci a très récemment montré ses limites. Dans la nuit du 3 au 4 juin dernier, un fort épisode orageux a provoqué une montée rapide du niveau dans le barrage. Un lâcher d’eau a été nécessaire. Le débit sortant avoisinait les 28 m3 d’eau par seconde.

La préfecture a adressé un message vocal pour alerter les communes de Plérin et Saint-Brieuc. Son caractère d’urgence n’a pas été compris. Le message reçu en pleine nuit par les élus d’astreinte dans chacune des deux communes, était non seulement très technique mais également impossible à réécouter.

Résultat. Des maisons, rue Beauregard notamment, se sont retrouvées les pieds dans l’eau sans que leurs habitants aient eu le temps de protéger leurs biens.

« Cela ne doit plus arriver » insiste le maire qui garde également un souvenir amer des inondations de 2014 où là encore l’alerte avait été trop tardivement lancée.

Anticiper. Le message a été reçu cinq sur cinq au SDAEP, le syndicat départemental d’alimentation en eau potable, qui depuis le 1er juillet 2018 est gestionnaire du barrage dont l’exploitation a été confiée à la SAUR.

Les représentants des deux partenaires ont exposé le nouveau dispositif.
Dès que le niveau du barrage approche de la cote d’alerte fixée à 87 m, un lâcher d’eau doit être effectué.

La SAUR prévient le SDAEP qui informe la préfecture, et contacte les mairies des cinq communes exposées, à la fois par SMS et par téléphone. Des SMS peuvent aussi être diffusés aux riverains volontaires.

La Préfecture confirme l’information par un message téléphonique diffusé aux mairies qui se chargent d’alerter la population. Les riverains exposés sont invités à s’inscrire sur l’annuaire d’alerte communal où figurent leurs coordonnées afin qu’un message écrit ou vocal leur soit envoyé.


Plusieurs niveaux d’alerte

Plusieurs niveaux d’alerte ont été déterminés en fonction du débit d’eau relâché par le barrage.

  • À partir de 15 m3 par seconde, un bulletin de vigilance renforcée est diffusé.
  • Entre 18 m3/s et 22 m3/s, l’alerte crue est déclenchée. Les jardins risquent d’être sous les eaux.
  • Au-delà de 22 m3/s, un bulletin d’alerte rouge annonce un péril imminent d’inondation des habitations.

Face à la menace, une cellule de crise est activée dans les mairies à la fois pour informer la population et mettre en œuvre les mesures de sauvegarde adaptées.


Appel aux Plérinais riverains du Gouët

Demandez votre inscription à l’annuaire opérationnel

Dans le cadre de son Plan communal de sauvegarde (PCS), la Ville de Plérin s’est dotée d’un dispositif de diffusion d’alerte de la population riveraine du Gouët exposée au risque inondation par débordement du cours d’eau.

Pour bénéficier gratuitement de ce service, il suffit de vous inscrire à l’annuaire :


Un exercice de simulation cet automne

A Plérin comme dans les autres communes riveraines du Gouët, cette cellule de crise sera prochainement mobilisée.
Réclamé par le maire, un exercice de simulation destiné à tester l’efficacité du nouveau dispositif d’alerte est en effet prévu cet automne. Dès le retour de la pluie.