agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Anse aux Moines : mesure d’urgence impérieuse

En mars dernier, des fissures ont été constatées sur le sentier de l’Anse aux Moines. La ville a immédiatement interdit son accès et demandé une étude auprès de l’entreprise Geolithe.


Le rapport reçu par ce prestataire a confirmé des mouvements de terrain s’étendant sur une vingtaine de mètres.
La ville avait donc décidé d’entreprendre des travaux pour sécuriser le sentier, travaux qui devaient avoir lieu en avril 2021.

Didier Flageul, adjoint aux travaux, et Pascal Laporte, adjoint à l’urbanisme, précisent que les intempéries des premiers jours d’octobre ont aggravé le phénomène d’affaissement. Il va donc falloir agir plus rapidement pour sécuriser les lieux.

Compte tenu de la situation et de l’arrêté de catastrophe naturelle préfectoral du 7 octobre 2020, une mesure d’urgence impérieuse peut être prise.
Cette mesure exceptionnelle permet de se passer des obligations liées aux marchés publics et de confier à Geolithe une mission complète de suivi et d’exécution des travaux pour un montant de 200 000 € environ.
La ville avait prévu un budget en 2020 pour les catastrophes naturelles, c’est donc cette ligne budgétaire qui sera imputée pour ces travaux.

Il s’agira notamment de renforcer la protection de la falaise en fixant un grillage anti-éboulement, et le cas échéant en coulant une paroi béton.

En attendant le début des travaux, l’accès au sentier demeure interdit. Les barrières interdisant l’accès ont été renforcées et des panneaux de signalisation ont été posés.
Une déviation pour les piétons avait été mise en place dès le mois de mars, plus haut sur le chemin, avec une signalisation adéquate.
Un courrier d’information a été adressé à l’ensemble des riverains.



Note photo : Julien Langlade du bureau d’études de la Ville de Plérin et Didier Flageul, adjoint aux travaux (à droite).