agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Une nouvelle centenaire à l’Ehpad

La résidence Les Ajoncs d’Or compte désormais trois centenaires. Parmi eux, Mme Hélène Pincivy, née Philippe. Vendredi 16 mars, elle a célébré son centième anniversaire entourée de ses enfants Michelle, Pierrette et Jacques, et leurs conjoints, en présence de Brigitte Costard, adjointe aux solidarités.

« Cette femme au caractère énergique, forte, discrète, maternelle » a vu le jour en 1918 à La Harmoye.

« Mon père était cantonnier, ma mère s’occupait de la ferme et aidait les mamans à mettre leurs enfants au monde. Mes parents n’étaient pas riches mais je n’ai pas été malheureuse. Nous n’avons jamais eu ni froid, ni faim » raconte Mme Pincivy qui a été à l’école jusqu’à 12 ans. « J’apprenais à lire aux plus petits ».

L’adolescente devient employée dans une famille pour s’occuper des enfants et du ménage. Elle travaille ensuite dans une épicerie-charcuterie sur la place du Légué.

C’est là qu’à 17 ans, elle fait la connaissance de Pascal, chauffeur poids lourd à la DDE, qui devient son époux un an plus tard. C’était en 1936.

Le couple s’installe d’abord à Pontrieux. 10 ans plus tard, après la guerre, c’est le retour à Plérin, dans le village de Couvran. Mme Pincivy y élève ses trois enfants « en toute simplicité », entre jardin, basse-cour et pique-nique dominical.

Dans les années 60, la maîtresse de maison trouve une autre occupation. « Pendant dix ans, le président du club de foot m’apportait tous les lundis, des paniers en osier remplis de maillots. Je les lavais au lavoir, les séchais et les repassais pour le dimanche suivant. »

« J’ai bien profité de la vie, comme je le pouvais. J’ai su affronter les épreuves et j’ai toujours fait face » note Mme Pincivy dont le mari s’est éteint il y a dix ans.

A l’Ehpad Les Ajoncs d’Or où elle réside depuis 2014, chacun apprécie sa gentillesse, sa bonne humeur et sa discrétion.

A tout juste cent ans, Mme Pincivy compte 5 petits-enfants, 5 arrières-petits-enfants dont elle est « fière et heureuse. »