agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Une convention pour développer le logement social

Pour combler son déficit de logements sociaux, la Ville s’engage à faire encore plus et mieux. Cet effort va être soutenu par l’Etat et l’agglomération. Un partenariat défini dans une convention d’objectif qui a été signée jeudi 9 juin.

JPEG - 64.1 ko
De droite à gauche : le maire de Plérin, Ronan Kerdraon, le préfet des Côtes d’Armor Pierre Lambert, le président de Saint-Brieuc agglomération Bruno Joncour, ici entourés de Marie-Claire Diouron, présidente de Terre et Baie Habitat, ont signé la convention destinée à encourager la création de logements sociaux à Plérin.

Plérin compte près de 13 % de logements sociaux (12,70%). Un taux insuffisant au regard des 20% exigés par la loi SRU.

Du coup, la commune a momentanément perdu son droit de préemption au profit des services de l’Etat. Mais sans subir de sanctions financières. Elle n’est pas la seule. En France 220 communes sont concernées.

« La carence n’est ni une sanction, ni une mise à l’index. Plérin n’est pas un mauvais élève qu’on montre du doigt. C’est une commune qui fait un effort exemplaire pour rattraper un retard historique. Il s’agit de mieux le coordonner » affirme le préfet Pierre Lambert.

Le soutien de l’Etat et de l’agglomération

C’est le sens du contrat de mixité sociale qui officialise un partenariat entre la Ville, l’Etat et l’agglomération devant permettre de produire davantage de logements sociaux à Plérin sur deux périodes triennales (2014-2016 et 2017-2019).

« Nous allons construire ensemble » se félicite le maire Ronan Kerdraon. « C’est avec motivation, volonté et détermination que nous nous engageons à avancer. »

Au passage il rappelle que « depuis 2008 nous exigeons que tout nouveau programme immobilier intègre entre 25 et 30 % de logements sociaux ». Par ailleurs ajoute-t-il, « la Ville, au même titre que l’agglomération, participe financièrement à la charge foncière des programmes à hauteur de 5.000 euros en moyenne par logement, et souvent davantage. »

Car, souligne le maire, « malgré le questionnement de certains riverains voire l’hostilité lorsqu’un projet est annoncé, nous sommes soucieux d’offrir des logements sociaux de qualité à toutes celles et tous ceux qui souhaitent s’installer à Plérin ou continuer à y vivre. L’habitat social est un élément primordial d’un parcours résidentiel. Cela concerne aussi bien les jeunes, nos enfants que les moins jeunes, nos parents. »

Le président de Saint-Brieuc Agglomération, Bruno Joncour, assure la commune de « l’accompagnement de l’agglomération dans les initiatives qu’elle prendra en matière d’habitat et de logement ». Une « compétence majeure » de l’intercommunalité exercée avec le souci « de proposer une offre d’habitat diversifiée et équilibrée sur l’ensemble de notre territoire. »

« Nous allons vous accompagner » promet de son côté le préfet qui avance quatre pistes de travail : programmer les projets de logements sociaux ; créer des réserves foncières permettant de construire ; assouplir les contraintes administratives ; et recenser les logements privés vacants susceptibles d’être mis sur le marché locatif conventionné.

Objectif presque atteint

Entre 2014 et 2016, Plérin doit permettre la réalisation de 120 logements sociaux supplémentaires. « 62 ont déjà été livrés en 2015 et près de 50 autres sont programmés pour cette année » indique le préfet qui se veut confiant. « L’objectif sera atteint. »