agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Ecopâturage

Après une petite année de pause liée à l’arrêt de l’activité d’écopâturage du précédent prestataire, la Ville de Plérin a relancé en avril l’entretien de certains terrains communaux avec un troupeau de chèvres, à l’aide d’un nouveau partenaire, Patur’Rance.

Les espaces traités sont d’abord les espaces difficiles d’accès, comme l’espace vert surplombant la digue des Nouelles et un espace vert pentu situé à l’arrière de l’école du Grand Léjon, mais aussi les bassins d’orage : le bassin d’orage de la Noblesse (Rue Paul Gauguin) et le bassin d’orage de la Ville Crohen.

En particulier sur l’école, mais aussi sur les autres sites, la dimension sociale et pédagogique de l’écopâturage est importante.
Elle contribue à la sensibilisation des générations futures sur les méthodes d’entretien écologique.

Le montant total des prestations s’élève à 2.360 € comprenant pose de clôture, mise à disposition des chèvres, suivi, complément mécanique pour le traitement des refus (orties, fougères...).


Une solution de lutte contre la Renouée du Japon, plante invasive

La Renouée du Japon est une espèce exotique envahissante reconnue au niveau national.

Ces espèces exotiques envahissantes, introduites en dehors de leur aire naturelle, de façon volontaire ou accidentelle, présentent une capacité d’adaptation et de multiplication importante.

Cette multiplication entraîne des proliférations qui peuvent mettre en péril la flore locale, et entraîne une uniformisation du milieu.

La Renouée du Japon est particulièrement résistante et expansive.

On arrive à contenir l’expansion en usant la plante, en coupant et recoupant régulièrement la plante, mais pas à l’éliminer totalement.

Les chèvres en sont très friandes, et peuvent représenter une solution pour certains secteurs accessibles au bétail, comme l’arrière de l’école du Grand Léjon.

La Ville teste 3 passages par an et fera un bilan en fin de saison.

Sur un autre secteur comme le jardin de la Biodiversité des Rosaires, la Ville de Plérin contient la plante grâce à un passage répété de tondeuses.

Sur les bords de voirie (Côte des Pêcheurs, Côte des Violettes...), les tâches ont pris une ampleur difficilement gérable et s’étendent en domaine public comme en domaine privé.


Les conseils aux particuliers

  • Ne pas planter cette espèce dans son jardin, ne pas la transporter en déchèterie ou ailleurs en raison de sa capacité de bouturage et d’expansion.
  • La faucher régulièrement et la laisser sécher sur place, puis la composter ou l’évacuer en déchèterie une fois sèche.


Des déchets verts de particuliers envahissent les espaces verts

Dans les espaces verts gérés en fauches tardives pour le maintien de la biodiversité, dans les chemins ruraux où les terrains gérés en ecopâturage, agents communaux comme prestataires sont lassés de voir les comportements de certains riverains peu enclins à utiliser les services de la déchèterie.

Nombre de ces déchets pourraient d’ailleurs être réutilisés sur place dans leur jardin (compostage, paillage...).

La Ville de Plérin souhaite faire cesser ces comportements peu citoyens.




Contact

Service environnement
Hôtel de Ville
Rue de l’Espérance
CS 30310
22193 PLERIN CEDEX

Localiser

Tél. 02 96 79 82 05

Envoyer un courriel